SMIRTOM de Montargis
Syndicat Mixte de Ramassage et de Traitement des Ordures Ménagères
>>> Que deviennent vos déchets >>> Recyclage des différentes matières :

Recyclage des différentes matières :

 

 

Les déchets de la poubelle de tri

Les emballages

Les emballages, journaux, revues et magazines, sont collectés et acheminés vers un centre de tri afin de séparer les familles de matières pour les acheminer vers les différentes usines de recyclage.

 

centre de tri

 

Le centre de tri SOREPAR, situé à Ormoy dans l’Yonne, a été construit en 1989.
Depuis, compte tenu de l’évolution du tri et du recyclage, le centre de tri a suivi d’importantes étapes de modernisations de ses installations.
Il dispose d’un séparateur à courant de Foucault, d’une cabine de caractérisation et d’un crible balistique. La chaîne de tri s’est vue complétée d’un module de tri optique des corps creux.

 

Aujourd’hui le centre de tri fonctionne en 2 x 8 du lundi au vendredi, pour traiter un tonnage annuel d’environ 24 000 tonnes.

 


 

Les emballages en plastique : 

Sont séparés en deux catégories, les bouteilles transparentes en plastique PET (Polyéthylène Téréphtalate) et les bouteilles et flacons opaques en plastique PEhd (Polyéthylène Haute Densité).

 

Au sein même de ces deux catégories, on distingue parmi les bouteilles transparentes, les incolores et les colorées.
Les étapes de transformation au départ sont identiques pour ces trois flux de plastiques : prélavage, broyage, lavage et séchage.

 

Quelques Chiffres :

377,80 t de bouteilles et flacons plastiques ont été collectées en 2015

Le broyage permet d’obtenir des paillettes de plastiques qui seront ensuite fondues.
Les paillettes PET clair et PET coloré après transformation deviendront de la fibre textile présente dans les couettes, moquettes de voiture, etc.,  mais aussi des pots en plastiques, et même des préformes qui serviront à fabriquer de nouvelles bouteilles.

paillettesfibre synthetique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques Chiffres :

105,78 t de PEHD en 2015
214,32 t de PET clair en 2015
57,70 t de PET foncé en 2015

Les paillettes PEhd, fonte et extrusions, deviendront des granulés de plastique  afin de produire de nouveaux objets en plastique : siège auto, poubelle, toboggan, etc.

paillettes PEhdgranules PEhd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cartonettes :

Quelques Chiffres :

449,66 t de cartonettes collectées en 2015

Pour extraire la fibre, les cartonettes sont broyées, et une pâte à carton est ainsi obtenue.
Celle-ci sert à la fabrication de cartons bruns ou ondulés comme les boîtes à œufs ou les cartons d’emballages des appareils électroménagers.

 

Les briques alimentaires : (www.actu-environnemnt.com)

Quelques Chiffres :

40,60 t de tétra en 2015

Constituées de trois matières (plastique, aluminium et carton), elles sont aussi appelées « tétra ».
Pour séparer ces trois matières, les briques alimentaires vont être plongées dans des pulpeurs.
La fibre carton, mélangée à l’eau, devient une pâte à papier qui est valorisée en papier du type papier cadeau, papier essuie-tout, etc.

Concernant les matières plastiques et aluminium, les industriels choisissent entre la valorisation matière, c’est-à-dire la transformation des déchets de plastique et de l'aluminium en matière première secondaire. D'autres privilégient la valorisation énergétique ou encore un couplage des deux solutions (valorisation énergétique du plastique et recyclage matière de l'aluminium).

 

Les emballages en métal : 

Quelques Chiffres :

152,35 t d’acier en 2015
8,48 t d’aluminium en 2015

En ce qui concerne les emballages en métal, deux matériaux différents sont collectés : l’acier et l’aluminium.

Pour ces deux métaux, la transformation passe au préalable par la fusion de la matière, puis leur recyclage en produits manufacturés : pièces automobiles, vélos, boîtes de conserves, boules de pétanque, etc. pour l’acier et en carters de voiture, semelles de fer à repasser pour l’aluminium.

 

 

Le papier :

Quelques Chiffres :

1 596,30 t de papier en 2015

Il est broyé, comme pour le carton, afin d’obtenir une pâte qui devient de nouveau du papier.
À ces tonnages s’ajoutent les refus de tri, qui sont à déplorer, car malheureusement ils représentent près de 412,92 t non utilisables en 2014. Les refus de tri non valorisables sont expédiés à Saint-Florentin dans l’Yonne pour ensuite être traités en Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND).

 

Le Verre :

Est stocké au SMIRTOM à Corquilleroy.

stockage du verre

Pour être ensuite acheminé chez un recycleur afin de lui donner une nouvelle vie.
usine saint gobain

Le verre est stocké sous forme de calcins (petits morceaux) avant d’être « traité » pour extraire ce que l’on appelle les indésirables.
L’étape du mélange permet, quant à elle, de séparer le verre blanc du verre marron et du verre vert.
Ensuite, par fusion, de nouvelles bouteilles sont fabriquées.

Quelques Chiffres :

2 273,42 t en 2015

bouteille en fusion

 

 

Les déchets de déchèterie : 

Chaque déchet déposé en déchèterie suit une filière d’élimination ou de valorisation spécifique selon sa nature.
Au fil du temps, les évolutions des techniques industrielles engendrent le fait que les consignes de tri sur ces installations changent.

 

Quelques Chiffres :

552,70 t en 2015.

Le carton :
Il correspond aux cartons bruns, ondulés, qui entourent les appareils électroménagers ou autres.
Ce flux est acheminé vers un centre de tri (Lorris) où le carton est passé sur une chaîne de tri, afin de retirer les éventuels indésirables présents. Ensuite, il est conditionné en balles et acheminé vers le recycleur qui le transformera en nouveaux cartons.
Quelques conseils : il est indispensable que les cartons soient vidés de tout contenu mais aussi pliés afin d’éviter la présence d’indésirables et optimiser les transports.

 

La ferraille :

Quelques Chiffres :

1 024,49 t en 2015

En dehors des appareils électriques, elle comprend tous les objets métalliques  : cintre, grillage, chaise, sommier en métal, etc. La ferraille est acheminée chez un recycleur afin que la matière soit recyclée.

 

Les encombrants ou tout-venant :

Quelques Chiffres :

5 739,66 t en 2015

Ce sont les déchets qui par leur nature ne sont pas économiquement recyclables. Ils sont envoyés à l’incinérateur pour une valorisation énergétique après production de Combustible Solide de Récupération appelé CSR à destination d’industriels principalement des fours de cimenteries.

 

Le bois :

Quelques Chiffres :

2 466,46 t incinérées en 2015

Il est acheminé par le SMIRTOM afin d’être valorisé par incinération.

 

Les gravats :

Quelques Chiffres :

1 880,62 t en 2015

Ils vont suivre une des deux filières suivantes : les gravats non valorisables et les valorisables.
Les premiers sont traités pour les remblais de carrières. Les gravats valorisables de déchèterie sont transformés en matériaux nobles, sable, gravillon, matériaux de remblai de voirie et travaux publics.

 

Quelques Chiffres :

126,39  t en 2014

Les déchets dangereux des ménages :

Ils comprennent les peintures, solvants, produits phytosanitaires, aérosols, insecticides, etc. Ils  font l’objet d’une valorisation énergétique, plus d'informations ici.

 

Quelques Chiffres :

57,40  t en 2015

Les DTQD (Déchets Toxiques en Quantité Dispersée) :

Ils comprennent les piles, batteries et accumulateurs. Ils sont éliminés ou valorisés énergétiquement dans des installations classées pour la protection de l'environnement.

Quelques Chiffres :

29,74 t en 2015

Les DTQD comprennent aussi les huiles qu’elles soient végétales (friteuse) ou minérales (vidanges) :
Les huiles déposées dans des colonnes spécifiques sont transformées en huiles régénérées (huiles minérales).

 

Quelques Chiffres :

2,11  t en 2015

Les lampes qui se recyclent :
Les lampes qui se recyclent ont des formes très variables, mais elle portent toutes le symbole "poubelle barrée", signifiant qu'elles ne doivent pas être jetées avec les Ordures Ménagères, ni dans le conteneur à verre.

Les lampes sont prises en charge par Récylum, l'éco-organisme à but non lucratif qui organise la ollecte et le recyclage des lampes usagées en France.
La collecte et le recyclage des lampes sont intégralement financés par l'éco-contribution que chacun paye en achetant une lampe neuve.
Les lampes se recyclent à plus de 90% de leur poids.
Pour en savoir plus sur le recyclage des lampes, cliquez ici
Trouvez le point de collecte le plus proche de chez vous sur : www.recylum.com/geolocalisation 

 

 

Les cartouches d’encre :

Quelques Chiffres :

1,02 t en 2015

Une fois collectées, transportées par un prestataire, elles sont nettoyées pour être rechargées ou éliminées par des entreprises spécialisées.

 

Les textiles :

L’association IMANIS est en charge de leur collecte.

 

Les Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (D3E) :

Quelques Chiffres :

113,13 t en 2015

Sont répartis en différentes catégories et sont acheminés vers des sites de traitement pour y être valorisés.

Les processus industriels permettent de démanteler les appareils puis de séparer les matières obtenues (ferraille, verre, plastique, etc.). Le but est d’extraire la matière première secondaire qui permet d’économiser nos ressources naturelles.

 

Les Petits Appareils en Mélange (PAM) :

Quelques Chiffres :

82,4 t en 2014
31 446 appareils

D’une part, les Petits Appareils Ménagers électriques appelés PAM (cafetières, grille-pain, friteuse, etc.) sont en partie démantelés sur le chantier de réinsertion ICARE à Corquilleroy. Après ce démantèlement, les composants sont recyclés. L’autre partie, est gérée par un éco-organisme.

 

Quelques Chiffres :

253,5 t en 2014
4 983 appareils

 

Le Gros Electro ménager Hors Froid (GEM HF):

Il comprend les machines à laver, cuisinière, etc.

 

Quelques Chiffres :

120 t en 2014
2 390 appareils

Le Gros Electro ménager Froid (GEM F):

Tous les appareils réfrigérants sont compris dans cette catégorie : climatiseur, congélateur, etc.

 

 

Quelques Chiffres :

166,5 t en 2014
8 753 appareils

Les Ecrans :

Cette catégorie comprend les écrans d'ordinateur, à tubes cathodiques, LCD, à plasma et LED.

Voici par famille d’appareils la décomposition des matières obtenues :

 

decomposition des matières

Que vont devenir ces différentes matières ?

Les métaux non-ferreux
L’aluminium est utilisé dans la fabrication de pièces automobiles comme la culasse, etc.
Le cuivre est affiné pour éliminer les impuretés et sert à la fabrication de nouveaux câbles par exemple.

Quelques Chiffres pour 2014 :

622,4 t de D3E collectées
47 572 appareils électroniques

493 tonnes de matières recyclées
62 tonnes de matières valorisées énergétiquement soit 555 tonnes valorisées

365 tonnes de CO2 évitées
665 barils de pétrole économisés

Les métaux ferreux
Ils sont principalement réutilisés pour faire des armatures métalliques pour la construction.

Les plastiques recyclables
Ils sont utilisés en pièces cachées pour l’automobile.
Les mousses isolantes issues de Gros Électroménager Froid servent de combustibles dans les incinérateurs spécialisés.

Les tubes cathodiques
Le verre des tubes cathodiques est recyclé et sert à fabriquer des matériaux de construction. Les consignes de tri en déchèterie évoluent régulièrement en fonction des nouveaux marchés signés chaque année.

Les déchets verts :
Les déchets verts sont acceptés en déchèterie et séparés en trois catégories, les feuilles – branchages – tontes de pelouse, les souches puis le bois valorisable.
Ces derniers sont broyés puis acheminés par un prestataire afin d’être broyés plus finement pour être valorisés en chaufferie.
Les feuilles, branchages et tontes sont acheminés vers la plate-forme de compostage de Corquilleroy, où ils suivent les différentes étapes nécessaires à la production de compost.